Header image  
   Location à Douarnenez - Chants de Marin
 
 
 
 

Chants Marins

 

 

QUINZE MARINS

Quinze marins sur le bahut du bord
Yop la ho une bouteille de rhum
A boire et le diable avait réglé leur sort
Yop la ho une bouteille de rhum


Long John Silver a pris le commandement
Des marins et vogue la galère
Il tient ses hommes comme il tient le vent
Tout l'monde a peur d'Long John Silver


C'est Bill le second du corsaire
Le capitaine Flint en colère
Est revenu du royaume des morts
Pour hanter la cage du trésor


Essaye un peu d'le contrecarrer
Et tu iras où tant d'autres sont allés
Que'qu'un aux vergues et que'qu'uns par d'ssus bord
Tout l'monde pour nourrir les poissons d'abord


Tous finirons par danser la gigue
La corde au cou au quai des pendus
Toi John Forrest et toi John Merick
Si près du gibet qu'j'en ai l'cou tordu


LOGUIVY DE LA MER

Ils reviennent encore à l'heure des marées
S'asseoir sur le muret, le long de la jetée
Ils regardent encore au delà de Brehat
Respirant le parfum du vent qui les appelle
Mais il est révolu le temps des Terres Neuvas
La race des marins, chez nous ne s'en va pas


REFRAIN :
Loguivy de la mer, Loguivy de la mer
Tu regardes mourir les derniers vrais marins
Loguivy de la mer, au fond de ton vieux port
S'entassent les carcasses des bateaux déjà morts


Ils ont connu le temps où la voile était reine
Ils parlent des haubans, des focs et des misaines
De tout ce qui à fait le charme de leur vie
Et qui qu'ils emporteront avec eux dans l'oubli
Mais s'il s'est révolu le temps des cap-horniers
Il reste encore chez nous d'la graine d'aventurier


Je n'ai jamais su dire ce que disent leur yeux
Perdus dans ce visage buriné par le vent
Ces beaux visages d'hommes, ces visages de vieux
Qui savent encore sourire et dire à nos vingt ans
Remettez vos cabans, et rompez les amarres
Allez-y l'avant, mais tenez bon la barre

 

JEAN-FRANCOIS DE NANTES

C'est Jean François de Nantes OUE, OUE, OUE
Gabier sur la fringante Oh mes bouées
Jean François

Débarque en fin d'campagne OUE, OUE, OUE
Fier comme un roi d'Espagne Oh mes bouées
Jean François


En vrac dedans sa bourse OUE, OUE, OUE
Il a vingt mois de course Oh mes bouées
Jean François


Une montre, une chaîne OUE, OUE, OUE
Valant une baleine Oh mes bouées
Jean François


Branl'bas chez son hôtesse OUE, OUE, OUE
Bitte et boss et largesse Oh mes bouées
Jean François


La plus belle servante OUE, OUE, OUE
L'emmène dans sa soupente Oh mes bouées
Jean François


De conserve avec elle OUE, OUE, OUE
Navigue mer belle Oh mes bouées
Jean François


En vidant la bouteille OUE, OUE, OUE
Tout son or appareille Oh mes bouées
Jean François


Montr' et chaîne s'envolent OUE, OUE, OUE
Mais il prend la vérole Oh mes bouées
Jean François


A l'hôpital de Nantes OUE, OUE, OUE
Jean François se lamente Oh mes bouées
Jean François

Et les draps de sa couche OUE, OUE, OUE
Déchirent avec sa bouche Oh mes bouées
Jean François


Il ferai de la peine OUE, OUE, OUE
Même à son capitaine Oh mes bouées
Jean François


Pauvr'Jean François de Nantes OUE, OUE, OUE
Gabier sur la fringante Oh mes bouées
Jean François

 

SANTIANO

C'est un fameux trois mats fin comme un oiseau
Hisse et oh Santiano
Dix huit noeuds quatre cent tonneaux
Je suis fier d'y être matelot


REFRAIN
Tiens bon la barre et tiens bon le vent
Hisse et oh Santiano
Si dieu veut toujours droit devant
Nous irons jusqu'à San Francisco


Je pars pour de longs mois en laissant Margot
Hisse et oh........
D'y penser j'avais le coeur gros
En doublant les feux de St Malo


On prétend que là-bas l'argent coule à flot
Hisse et ........
On trouve l'or au fond des ruisseaux
J'en ramènerai plusieurs lingots

Un jour je reviendrai chargé de cadeaux
Hisse et .........
Au pays j'irai voir Margot
A son doigt je passerai l'anneau


Tiens bon le cap et tiens bon le flot
Hisse et oh Santiano
Sur la mer qui fait le gros dos
Nous irons jusqu'à San Francisco

 

LA BLANCHE HERMINE

J'ai rencontré ce matin devant la haie de mon champ
Une troupe de marins d'ouvriers de paysans
Où allez vous camarades avec vos fusils chargés
Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée


La voilà la blanche hermine
Vive la mouette et l'ajonc
La voilà la blanche hermine
Vive fougère et Clisson


Ma mie dit que c'est folie d'aller faire la guerre aux francs
Moi je dis que c'est folie d'être enchaîné plus longtemps


Je viendrai à la nuit noire tant que la guerre durera
Comme les femmes en noir, triste et seule elle m'attendra


Et sans doute pensera t-elle que je suis en déraison
De la voir mon coeur se serre là-bas devant la maison


Et si je meurs à la guerre pourra t-elle me pardonner
D'avoir préféré ma terre à l'amour qu'elle me donnait


J'ai rencontré ce matin devant la haie de mon champ
Une troupe de marins d'ouvriers de paysans.

 

DANS LES PRISONS DE NANTES

Dans les prisons de Nantes, lang di......
Dans les prisons de Nantes,
Il y avait un prisonnier ( bis )

Personne ne vint le voir, lang di.......
Personne ne vint le voir,
Que la fille du geôlier ( bis )


Un jour il lui demande, lang di ......
Un jour il lui demande,
Que dit-on de moé ( bis )


On dit de vous en ville, lang di ....
On dit de vous en ville,
Que vous serez pendu ( bis )


Mais s'il faut qu'on me pende, lang di .....
Mais s'il faut qu'on me pende,
Déliez moi les pieds ( bis )


La fille était jeunette, lang di ....
La fille était jeunette,
Les pieds lui a délié ( bis )


Le prisonnier alerte, lang di ....
Le prisonnier alerte,
Dans la Loire s'est jeté ( bis )


Dès qu'il fût sur les rives, lang di ....
Dès qu'il fût sur les rives,
Il se mît à chanter ( bis )


Je chante pour les belles, lang di ....
Je chante pour les belles,
Surtout celle du geôlier ( bis )


Si je reviens à Nantes, lang di ....
Si je reviens à Nantes,
Oui, je l'épouserai ( bis )


Dans les prisons de Nantes, lang di......
Dans les prisons de Nantes,
Il y avait un prisonnier ( bis )

 

AU TRENTE ET UN DU MOIS D'AOUT

REFRAIN:
Buvons un coup, buvons en deux
A la santé des amoureux
A la santé du roi de France
Et merde pour le roi d'Angleterre
Qui nous a déclaré la guerre


Au 31 du mois d'août
Nous vimes venir sous l'vent à nous
Une frégate d'Angleterre
Qui fendait la mer et les flots
C'était pour attaquer Bordeaux


Le commandant du bâtiment
Fit appeler son lieutenant
Lieutenant te sent tu capable
Dis-mois te sens-tu assez fort
Pour prendre l'anglais à ton bord


Le lieutenant fin et hardi
lui répondit capitaine oui
Faite branle bas à l'équipage
Je va hisser no't pavillon
Qui rest'ra bout sous le vent


Le maître donne un coup de sifflet
Pour faire monter les deux bordées
Tout est paré pour l'abordage
Hardis gabiers, matelots
Braves canonniers, mousses, petiots


Dix vire lof pour lof en arrivant
Nous l'abordions par son avant
A coups de haches d'abordage
De pique, de sabre, de mousqueton
En trois cinq sec je l'arrimions


Que dira-t-on du grand rafiot
A Brest, a Londres et à bordeaux
Qu'a laissé prendre son équipage
Par un corsaire de dix canons
Lui qui en avait trente et si bon

 


 
Sites et itinéraires touristiques
Activités sportives
Les marchés
Les fêtes folkloriques
Patrimoine religieux
Petit lexique Breton
Restaurants
Recettes
Chants de Marin

 

CINEMAS

Demandez le Programme

LE REX
LE CLUB

 

Office du Tourisme

2 rue du Docteur Mével BP. 216
29172 DOUARNENEZ CEDEX
Tél : 02 98 92 13 35
Fax : 02 98 92 70 47